Crapahute in India
Carnets de route en Inde du Sud dans le Tamil Nadu et Kérala en août 2006 et Goa et Karnataka en février 2007


Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

A qui que quoi dont où
B quelques livres
C préparatifs
D petit dico culinaire
E sur le vif
F récit de voyage Tamil nadu et Kérala
G situations insolites
H rencontres étranges
I portraits
J infos pratiques
K récit de voyage Goa et Karnataka

Menu

Between nowhere and goodbye
Voyage au long cours
Lionel


5 août PONDICHERI / CHIDAMBARAM

On se lève tôt pour profiter de Pondichéri et on reparcourt la ville de jour, c'est fou comme les ambiances peuvent être différentes de jour et de nuit mais j'aime tout autant ! On découvre entre autre une architecture coloniale très présente. Mais c'est rassurant de faire marcher notre imaginaire et voir finalement que la vie se passe autrement, que tout n'est pas figé...



Il fait une chaleur accablante mais ça n'empêche pas la ville de grouiller, avec plus ou moins d'insistance selon les quartiers. Quoi qu'il en soit, j'aime vraiment les dualités qui s'en échappent : noire et blanche, calme et grouillante, ville et mer...

On part en début d'après-midi à la recherche d'un endroit calme pour se tremper. Chunnambar est à 8 km de Pondi, un village constitué de huttes disséminées parmi les bananiers et les cocotiers. Au bout du village, la route se termine sur la plage... pêcheurs qui démêlent leurs filets sous les cocotiers, des barques colorées, les enfants jouant sur la plage, les vieux qui discutent en jouant aux cartes : le cliché du village de pêcheurs indien du bord de mer dans un décor de rêve ! Et bien oui, ça existe et pas seulement en carte postale ! Finalement, ce n'est que la vie indienne qui se déroule... tranquillement.


Chidambaram est tout le contraire. C'est une ville bruyante recentrée autour de son temple. On ne fera y passer que la nuit, bien suffisante après la visite du temple gigantesque, de style dravidien aux multiples couleurs.  On comprend pourquoi les indiens vont au temple, c'est un lieu tellement reposant dans le brouhaha quotidien, aussi on y mange, téléphone, mendie... comme dehors finalement. Evidemment, pas seulement, là je réagis en parfaite athée !



Jalal est allé au cinéma voir un film Tamoul pendant que nous faisons la chasse à des milliards de fourmis qui ont investis notre chambre, coincée entre une usine d'embouteillage et la gare des bus, mais avec la clim ! La nuit s'annonce prometteuse (car depuis le Portugal, j'emmène partout mes boules quiès !!!) !

Publié à 12:13 le aoû. 19, 2006 dans F récit de voyage Tamil nadu et Kérala
Page précédente
Page 22 sur 46